Vis ma vie d’entrepreneur !

Exclu : le premier pack de trois-quarts !

Exclu : le premier pack de trois-quarts !

Un mois après le début de mon activité, laissez-moi vous raconter mes premières impressions !

Parlons tout d’abord gros sous. Soyons clairs. De ce côté-là, je ne m’attendais pas à des miracles. Donc, je n’ai pas été déçu. Le CA de mon premier mois ressemble à une facture trimestrielle d’EDF. Sur le rythme des ventes, j’ai écoulé une palette en 1 mois (en excluant le mois d’août pendant lequel il n’est rien passé) ; d’ici 1 an, il me faudra arriver à en écouler quasiment 10 sur la même période ! Pour reprendre une raffarinade désormais bien connue : la route est droite mais la pente est forte.

Quittons la froideur des résultats et évoquons à présent comment le produit est perçu par le marché. A de rares exceptions près, la bière elle-même est considérée comme très bonne : à la fois parfumée, originale et en même temps facile à boire. J’ai un seul restaurateur qui l’a refusée à cause d’un goût pas assez prononcé pour une bière artisanale. Sur le packaging, les professionnels le trouvent tous vraiment sympa. Ca fait plaisir de constater que je ne me suis pas complètement planté sur ce point.

Vous allez me dire : « C’est cool, Arnaud, tout le monde va s’arracher ta bière ! » Oui, mais en fait, ce n’est pas si simple. Quelles que soient ses qualités intrinsèques, c’est un produit inconnu qu’il va falloir présenter, expliquer, vendre au client. Et qui de surcroît coûte un peu plus cher que les autres bières. C’est là toute la difficulté de se lancer sur un marché déjà mature : personne n’attend mon produit. Il n’a de vertus particulières qui le rendent extraordinaires. C’est une très bonne bière – comme tant d’autres. Les tests pratiqués n’ont pas montré de lien entre l’absorption de DEBS et la guérison d’Ebola !

IMG_0363

Une bouteille à la mer ? Pas tout à fait…

Mais revenons à nos houblons. Vous l’avez compris : il me faut donc faire découvrir la DEBS et son originalité au plus grand nombre pour qu’elle rentre dans l’esprit des toulousains. Pour cela, j’ai bénéficié d’un concours de circonstances (comme dirait mon pote Galr, « cela ne risquait pas d’être un concours de beauté » – enfoiré) assez favorable grâce à une opération dont vous allez comprendre la teneur en regardant la photo ci-contre. Ma bière a ainsi été distribuée lors de deux évènements ce qui était plutôt une prouesse au bout d’un mois d’existence !

Après, il faut aller chercher les clients un par un : les épiceries, les cavistes, les restaurants, et tant d’autres… Et ça faut avouer que ce n’est pas toujours évident. Loin de là ! Il y a des jours où il faut se faire violence et d’autres où on y arrive pas du tout. Même si je suis convaincu par mon produit, j’ai toujours un peu d’appréhension au moment de passer la porte et de faire l’article. En même temps, je découvre des gens qui, dans leur grande majorité, sont vraiment simples, directs, profondément humains.

Qu’il faille aller chercher les clients avec sa bi- ère et son couteau, c’est normal. Par contre, ce qui est plus vexant, c’est de voir à quel point on est insignifiant pour ses fournisseurs. Oh, ils ne sont pas franchement désagréables, mais on sent bien que, pour eux, on est quand même pas grand-chose. Si vous voulez avoir des réponses à vos questions, il ne faut pas hésiter à les rappeler. Mais peut-être sont ils comme ça avec tous leurs clients !

Le tableau serait incomplet sans évoquer la « Debs mobile ». Ma tendre épouse supporte de moins en moins les trajets avec moi. Ce n’est pas ma conduite qui la dérange. Elle commence à s’y habituer. Non, ce qui l’insupporte c’est le bruit de bouteilles dans les virages et la puanteur du diable tout neuf qui séjourne dans mon coffre. Avec lui, je ne suis plus en odeur de sainteté !

Allez, je vous laisse, c’est l’heure de la facturation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>